Zatibagnan et les sorcières mangeuses d’âmes : Deuxième épisode

Zatibagnan et les sorcières mangeuses d’âmes : Deuxième épisode

Le début de cette histoire ? Cliquez ici !

Le  buffle  ouvrit  largement  sa gueule :

– C’est  moi  la  maman  du  bébé ! T’a-t-il  dit  que  lorsqu’il  pleure  c’est  sa  tétée  il  demande ?

 La  créature  se  dressa sur  ses  pattes  arrières, dominant  Wanganhoba  qui  s’écroula, ferma  les  yeux  et  attendant  tout, sauf  le silence qui  suivit  sa  chute. Il  ouvrit  lentement  les  yeux : rien.

Quelque part à Ouaga (Ph : Depuis Ouaga)
Quelque part à Ouaga (Ph : Depuis Ouaga)

Sauf  les  buissons, le  soleil  et  le  chant  des  oiseaux.

– Qu’est-ce  qui m’arrive ? Pourtant  j’ai bien  mangé  ce  matin ! Et  ce  bébé, qui  est  sa  mère ?
 
– Stupide  gros  rhinocéros ! Tu ne  vois  pas que  ma  mère  ne  veut  plus  me  voir ?

Wanganhoba  se  retourna, s’attendant  à  voir  encore    une  créature incroyable. Mais  encore  rien. C’est  incompréhensible. Pourtant  la  voix  venait  de  derrière  lui.

C’est  à  ce  moment  que  ses  yeux  retombèrent  sur  le bébé. Et là, son  cœur  fit un  bond prodigieux  dans  sa  poitrine : sur  la  tête  du  bébé, de chaque côté, des  cornes !

Wanganhoba  recula instinctivement, les  yeux  fixés  sur le  bébé diabolique.  Il  trébucha  sur  une  pierre  et  le  voilà  encore à  terre. Lorsqu’il  se  releva, prêt à  courir, le  bébé  se  mit  à pleurer  et … ses  cornes  avaient  disparu.

La perplexité de Wanganhoba gagna des kilogrammes. Mais  il  n’avait  pourtant  pas  rêvé. Quelqu’un  avait  parlé  et  ce  bébé  avait  à  l’instant  des  cornes. Il  secoua  la  tête  et se  frotta  les  yeux.

Ou alors  quelqu’un  cherchait à  lui jouer  des  tours. Il  pensa  soudain à  la fille qu’il  venait  retrouver : elle  aimait  faire  des  farces.

– Worokia ! Tu  es  là, je suis  sûr ! Sors  de ta  cachette  et  arrête  tes  plaisanteries. Viens  plutôt  m’aider. J’ai  un petit problème,  chérie !

 – Hippopotame ridicule, tu  crois  vraiment  qu’une  fille  aussi  belle  va  s’intéresser  à  toi ?

Cette  fois-ci, Wanganhoba  était  sûr. La  voix  venait  juste  de  derrière  lui. Et  c’est  la  voix  de  Worokia. Il  se retourna, s’apprêtant  à  lui dire  ses  vérités  sur  ce  qu’il  pensait  de  ses  farces.

Mais  son  cœur  faillit fuir  de  sa  poitrine  et  décoller  vers la  lune : le  bébé  était  debout  sur  ses  jambes  et  souriait largement, dévoilant  une  rangée  impeccable de  dents.

La suite est à suivre la semaine prochaine !

Partagez

Commentaires